Pourquoi la musique ?

Contexte

A l’heure actuelle, l’accès aux soins chez les enfants atteints de troubles neurodéveloppementaux est encore trop limité. Des inégalités demeurent, notamment en raison de disparités importantes en fonction du milieu social et du lieu d’habitation [1]. Par exemple, dans les milieux moins aisés et éloignés des villes, les enfants ont un accès réduit aux soins, alors même qu’ils sont plus susceptibles de développer des troubles neurodéveloppementaux [2]. Un des objectifs majeurs est d’améliorer le suivi des enfants sur le long terme, puisque la prise en charge est trop souvent interrompue après les premières phases de rééducation, comme par exemple dans le cas des troubles spécifiques des apprentissages [3].

Dans ce contexte, il est nécessaire d’innover en matière de soins et de varier les méthodes d’entraînement pour répondre aux enjeux que représente la prise en charge des troubles neurodéveloppementaux et ainsi limiter leur impact. La technologie offre des possibilités nouvelles puisqu’elle permet de développer des protocoles d'entraînements à distance, par exemple via des outils numériques comme les jeux sérieux pouvant être accessible à faible coût. Bien que l’utilisation des jeux sérieux soit une solution prometteuse, cette possibilité reste peu exploitée pour l’instant [4]. Sans nier les disparités d’utilisation en fonction des milieux, une large majorité des foyers sont désormais équipés d’au moins une tablette, smartphone ou ordinateur, y compris chez les moins aisés et hors des villes (voir par exemple l’enquête Hootsuite/WeAreSocial). Des méthodes d’entraînements peuvent être développées sur ces plateformes, notamment dans l’exemple des troubles spécifiques des apprentissages, afin d’atteindre une plus population plus large.

Le trouble spécifique des apprentissages

Un trouble spécifique des apprentissages avec déficit de la lecture (TSAL) se manifeste par des difficultés de lecture et d’orthographe indépendantes de carences socio-éducatives, de troubles intellectuels ou de manque de motivation à l’apprentissage [5]. Au-delà des difficultés d’ordre phonologique, d’autres capacités sont souvent atteintes dans le TSAL, notamment au niveau du contrôle moteur et sensorimoteur [6][7], de l’attention [8], de la mémoire de travail [9], des fonctions exécutives [10], et du traitement temporel [11].

Le modèle temporel du TSAL postule que les déficits dans le domaine temporel (timing), notamment dans la capacité à traiter les séquences auditives prédictives, seraient une des causes des difficultés de lecture. Les personnes atteintes de TSAL ont en effet des difficultés pour estimer les changements d’amplitude de l’enveloppe sonore dans le temps [12], dans le traitement des durées courtes [13] mais aussi dans le traitement de l’information rythmique.

Plusieurs études ont ainsi mis en évidence l’effet de l'entraînement des capacités de rythme sur les capacités de lecture et de langage dans le TSAL [14][15]. Mila Learn reprend ces protocoles sous la forme d'un jeu musical pour ces enfants.

Mila-Learn

Mila-Learn se compose de deux éléments principaux :

• Une application disponible sur tablette. Des tâches rythmiques, sensori-motrices et cognitives sont proposées sous forme d'activités musicales.

• Des serveurs sécurisés qui permettent l'analyse des données produites par l'enfant et d'adapter la difficulté des jeux. Les tâches sont ainsi évolutives, augmentant progressivement le niveau de difficulté de chaque tâche et d'une tâche à l'autre

Nos recherches portent sur l’effet d’un entraînement musical sous la forme d’un jeu sur tablette travaillant sur les capacités de lecture des enfants avec TSAL. À la suite de deux études pré-cliniques, une étude consistant en un essai clinique randomisé avec groupe contrôle est en préparation.

A notre connaissance, cette étude sera l’une des premières à tester l’effet d’un protocole d’entraînement rythmique et musical à domicile, administré à l’aide d’un jeu sur tablette tactile.

Références

[1] L. R. Robinson et al., “Differences in health care, family, and community factors associated with mental, behavioral, and developmental disorders among children aged 2-8 years in rural and Urban Areas - United States, 2011-2012,” MMWR Surveill. Summ., vol. 66, no. 8, pp. 1–11, 2017.


[2] R. H. Bitsko et al., “Health Care, Family, and Community Factors Associated with Mental, Behavioral, and Developmental Disorders and Poverty Among Children Aged 2–8 Years — United States, 2016,” MMWR. Morb. Mortal. Wkly. Rep., vol. 67, no. 50, pp. 1377–1383, 2018.
[3] S. W. van der Kleij, E. Segers, M. A. Groen, and L. Verhoeven, “Post-treatment reading development in children with dyslexia: the challenge remains,” Ann. Dyslexia, vol. 69, no. 3, pp. 279–296, 2019.
[4] L. Zhou and B. Parmanto, “Reaching people with disabilities in underserved areas through digital interventions: Systematic review,” Journal of Medical Internet Research. 2019.
[5] Habib, M., & Giraud, K. Dyslexia. In Handbook of clinical neurology (Vol. 111, pp.229-235). Elsevier. 2019.
[6] Chaix, Y., Albaret, J. M., Brassard, C., Cheuret, E., De Castelnau, P., Benesteau, J., Démonet, J. F. Motor impairment in dyslexia: the influence of attention disorders. European Journal of Paediatric Neurology, 11(6), 368-374. 2007.
[7] Ramus, F. Developmental dyslexia: specific phonological deficit or general sensorimotor dysfunction?. Current opinion in neurobiology, 13(2), 212-218. 2003.
[8] Stoet, Gijsbert, Hayley Markey, and Beatriz López. "Dyslexia and attentional shifting." Neuroscience letters 427.1 : 61-65. 2007.
[9] Beneventi, H., Tønnessen, F. E., Ersland, L., & Hugdahl, K. Working memory deficit in dyslexia: behavioral and FMRI evidence. International Journal of Neuroscience, 120(1), 51-59. 2010.
[10] Lewandowska, M., Milner, R., Ganc, M., Włodarczyk, E., & Skarżyński, H. Attention dysfunction subtypes of developmental dyslexia. Medical science monitor, 20, 2256. 2014.
[11] Leong, V., & Goswami, U. Impaired extraction of speech rhythm from temporal modulation patterns in speech in developmental dyslexia. Frontiers in human neuroscience, 8, 96. 2014.
[12] Goswami, Usha, et al. "Amplitude envelope onsets and developmental dyslexia: A new hypothesis." Proceedings of the National Academy of Sciences 99.16 : 10911-10916. 2002.
[13] Huss, Martina, et al. "Music, rhythm, rise time perception and developmental dyslexia: perception of musical meter predicts reading and phonology." Cortex 47.6 : 674-689. 2011.
[14] M. Habib, C. Lardy, T. Desiles, C. Commeiras, and J. Chobert, “Music and Dyslexia : A New Musical Training Method to Improve Reading and Related Disorders,” vol. 7, no. January, 2016.
[15] Bhide, Adeetee, Alan Power, and Usha Goswami. "A rhythmic musical intervention for poor readers: A comparison of efficacy with a letter‐based intervention." Mind, Brain, and Education 7.2 (2013): 113-123.

Participer à l'étude clinique

Nous évaluons actuellement Mila au cours d’essais cliniques internationaux et inédits. De ce fait, les inscriptions sont actuellement suspendues mais vous pouvez néanmoins manifester votre intérêt pour y participer - les recrutements de jeunes patients débutent en septembre !